Archives de la catégorie ‘A’

Douglas ADAMS

Publié: 26 mai 2010 dans A, Auteurs, Science Fiction
Tags:

Site Fan

Douglas Adams est né en 1952 à Cambridge. Il est le fils d’un étudiant en théologie et d’une infirmière. Après de nombreux petits boulots tels que portier dans un hôpital psychiatrique ou nettoyeur d’abris à poulets, il entre à l’université de Cambridge et tente d’intégrer l’équipe des Footlights, la troupe dont sont issus les Monty Python. De cette époque, il garde des liens solides avec Graham Chapman, avec qui il travaille deux ans, et Terry Jones. Il participe à l’écriture de sketchs pour l’émission Monty Python’s flying circus et y fait parfois de la figuration.

À 25 ans, Douglas propose à la BBC une série radio intitulée H2G2 (The Hitchhiker’s Guide to the Galaxy), dont le premier des douze épisodes est diffusé le 8 avril 1978. Cette série devient très vite culte. Ce succès dope la carrière de Douglas Adams qui devient producteur sur Radio 4 et directeur de script sur la série Docteur Who dont il écrit le scénario de plusieurs épisodes. Il collabore aussi à la série animée Docteur Snuggles.

En 1979, Douglas Adams publie le premier tome du cycle H2G2, Le Guide du voyageur galactique, qui comprendra en tout cinq volumes (le dernier a été publié en 1992). H2G2 est adapté sur scène (en pièce de théâtre, en comédie musicale), en série télévisée et en jeu vidéo, adaptations auxquelles Douglas Adams participe activement. H2G2 est aussi adapté en bande dessinée par DC Comics mais l’auteur ne s’intéresse guère à cette adaptation, ce qui lui vaut sans doute un succès moindre. Enfin, un film dont l’écriture a été commencée par Douglas Adams lui même est sorti le 29 avril 2005 aux États-Unis et le 17 août en France (sous le titre H2G2 : le guide du voyageur galactique).

Dans le domaine du jeu vidéo, Douglas Adams est l’auteur d’une adaptation de H2G2 (Infocom, 1984) et d’un jeu original baptisé Bureaucracy (Infocom, 1987). Il revient aux jeux vidéo en 1999 avec Starship Titanic publié par sa propre compagnie The Digital Village. Un roman du même nom, associé à ce jeu, est écrit par Terry Jones. Douglas Adams était aussi un grand fan des jeux vidéo de vie artificielle Creatures.

Il est également un grand amateur de musique (aux goûts variés qui vont de Bach aux Beatles) et guitariste à ses heures (il dispose d’ailleurs à la fin de sa vie d’une jolie collection d’une vingtaine de guitares pour gaucher). Profondément marqué par la culture rock, Douglas a voulu casser avec H2G2 le moule de la comédie classique de la BBC en créant un feuilleton inspiré des innovations rock de l’époque (l’Album blanc des Beatles par exemple). Son amour pour la musique l’a amené à se lier avec de nombreux musiciens (dont David Gilmour, le guitariste de Pink Floyd). Pour ses 42 ans, Douglas a eu un cadeau d’anniversaire particulier : il a pu jouer deux morceaux sur la célèbre scène du Earl’s Court à Londres avec les Pink Floyd !

Douglas Adams se définissait lui-même comme un athée radical. Il a également montré beaucoup d’intérêt pour les théories de Darwin.

En mai 2001, Douglas Adams meurt à 49 ans, d’une crise cardiaque en Californie où il venait de s’installer avec sa femme et sa fille pour collaborer à l’adaptation cinématographique du Guide du voyageur galactique dont il ne vit pas le résultat.

Publicités

Peter ACKROYD

Publié: 29 avril 2010 dans A
Tags:

Ecrivain britannique, romancier, essayiste et critique littéraire, Peter Ackroyd lisait les journaux dès l’âge de 5 ans, et à 9 ans il écrivit une pièce surGuy Fawkes . Après des études à l’école de St Benedict, à Ealing, puis au Clare College, il obtint une bourse pour l’université Yale, aux États-Unis. De 1973 à 1977, il fut critique littéraire au magazine The Spectator, dont il devint rédacteur en chef adjoint en 1978. En 1984, il est lauréat de la Royal Society of Literature. Sélectionné pour le Booker Prize en 1987, Peter Ackroyd obtint le James Tait Black Memorial Prize en 1998 pour sa biographie deThomas More.Il est l’auteur de plusieurs best-sellers, parmi lesquels son ouvrage sur Londres, paru en 2000. Il est également l’auteur de livres pour enfants et de documentaires télévisés. Son livre La chute de Troie figure sur la sélection du prix Médicis 2008.

……………………. La Revue Bifrost ………………………

Bifröst est le nom de l’arc-en-ciel, dans la mythologie nordique, qui fait office de pont entre la Terre (Midgard) et le Ciel (la ville-forteresse des Dieux : Ásgard). Il est dit qu’il possède uniquement trois couleurs. Ce que l’on voit comme rouge est un feu ardent.

Heimdall est le gardien de cet arc-en-ciel. Le Bifröst brûle constamment d’un feu ardent pour empêcher les géants de l’emprunter. Il est aussi appelé Asbru : « le pont des Ases ». Il est plus solide que n’importe quel autre ouvrage, cependant il est dit qu’il s’effondrera lorsque les fils de Muspellheim arriveront à cheval et le traverseront lors du Ragnarök. Ils devront alors traverser les grands fleuves à la nage grâce à leurs chevaux.

Mais c’est aussi…….

Bifrost est une revue trimestrielle de science-fiction créée en avril 1996 et dirigée par Olivier Girard. Publiée par les éditions Le Bélial’, cette revue a pour ambition de présenter une actualité complète sur les mondes imaginaires. À cette fin, elle accorde une large part aux dossiers thématiques, interviews d’auteurs, critiques d’ouvrages et articles. Chaque numéro est consacré à un auteur ou à un thème particulier. Elle propose également, épisodiquement, des numéros hors série consacrés à un auteur : Michael Moorcock (2002), Jack Vance (2003).

Roland Lehoucq y publie régulièrement sa chronique dans laquelle il porte un regard scientifique sur quelques uns des grands thèmes de la science-fiction.

La revue décerne chaque année les Razzies, un prix littéraire créé afin d’épingler les pires oeuvres et comportements de l’année précédente. Ceux-ci sont attribués par Olivier Girard (pseudonyme Org), Gilles Dumay (pseudonyme Vicious) et Patrick Imbert (pseudonyme Pat).

Receuil d’artworks de tactiques impériales pour Warhammer 40,000

Dans l’univers de Warhammer, les elfes noirs sont craints et vénérés pour leur nature éminemment maléfique et traîtresse. Nul représentant de cette espèce n’est plus tristement célèbre que Malus Darkblade. À l’issue du périple semé d’embûches qui lui permet de retrouver cinq reliques, Darkblade doit les rapporter au démon ancestral qui détient son âme, sans quoi il devra renoncer à la vie. Mais après une année de duperie, Tz’arkan honorera-t-il sa part du contrat ou tentera-t-il de tromper Darkblade une dernière fois ?


Nous sommes au trente et unième millénaire, et l’humanité s’est propagée à travers la galaxie. Quand Horus le Maître de Guerre se rebelle contre l’empereur, la guerre civile qui s’ensuit manque de détruire l’Imperium. Le conflit fait rage sur des planètes entières, opposant les Space Marines à leurs anciens frères de bataille dans une lutte dont seule la mort est la véritable gagnante…

En fier serviteur de l’Inquisition, Gideon Ravenor continue son combat contre les abominables forces ténébreuses qui menacent la survie de l’humanité. Dans ce troisième et dernier tome de la série, Ravenor continue sa traque de Zygmunt Molotch, son ennemi de toujours, une traque à présent devenue obsession. Lorsqu’un autre groupe d’agents de l’Inquisition se fait massacrer, Ravenor et son équipe coupent les ponts avec leur organisation et adoptent volontairement le statut de renégat afin de poursuivre leur proie, violant ainsi tous les commandements de leurs supérieurs. Catapultés à travers l’espace et le temps, confrontés à des ennemis d’une puissance et d’une malignité sans limites, quels sacrifices seront-ils obligés d’accepter pour remporter la victoire ? Dan Abnett, l’un des meilleurs auteurs de la Bibliothèque Interdite, nous démontre encore une fois de manière éclatante qu’il est le maitre de l’action et du suspense !