Archives de la catégorie ‘La Revue Bifrost’

Spécial Laurent GENEFORT

de Olivier GIRARD, Laurent GENEFORT, Jean-Claude DUNYACH, Claude ECKEN, Thomas DAY, Pierre STOLZE, Richard COMBALLOT, Roland LEHOUCQ, Alain SPRAUEL

C’est cette année-là que les Bouches se sont ouvertes. Deux d’abord, une au-dessus du Pacifique et une autre au milieu de la mer de Chine. Rien de grave pour la sécurité mondiale : ce qui en sortait, la plupart du temps, tombait dans un grand « plouf », se débattait quelques secondes avant de se noyer. L’avantage d’avoir beaucoup d’océans…
Le choc a été brutal pour les grandes religions : le choc de l’innocence perdue. Par contre, pour un paquet de sectes, ça a été du pain bénit, tous ces aliens qui déboulaient sur notre belle planète bleue. Mais ensuite, même elles ont été débordées. Trop de variété, trop de biochimies, trop de langages différents… trop tout court. Car d’autres Bouches se sont ouvertes sur la terre ferme.
Par dizaines.

Laurent Genefort
« Rempart »

Sommaire

  • NOUVELLES INEDITES :
  • Trois hourras pour Lady Evangeline… par Jean-Claude DUNYACH (novella)
  • Miroirs mutilés par Claude ECKEN (nouvelle)
  • Rempart par Laurent GENEFORT (nouvelle)
  • RUBRIQUES ET MAGAZINE
  • Objectif Runes : les bouquins, critiques & dossiers
  • Le coin des revues, par Thomas Day
  • A la chandelle de maître Doc’Stolze : Crise (imméritée) dans la japanisation
  • Au travers du prisme : Laurent Genefort : Ou la tentation du livre-univers
  • 1. Panstructuralisme : un entretien avec Laurent Genefort, par Richard Comballot
  • 2. Bibliographie de Laurent Genefort, par Alain Sprauel
  • Scientifiction : Ouvrons la boîte de Pandora par Roland Lehoucq
  • Paroles de Nornes, par Org
Publicités

Spécial Robert HEINLEIN

de Robert A. HEINLEIN, John VARLEY, Ugo BELLAGAMBA, Jeanne-A DEBATS, Jean-Louis PEYRE, Alain SPRAUEL, Thomas DAY, Pierre STOLZE, Éric PICHOLLE, Jean-Louis PEYRE

La femme avançait en trébuchant dans le long couloir, trop fatiguée pour courir. Elle était grande, pieds nus, et portait des vêtements déchirés qui n’auraient pu dissimuler sa grossesse très avancée.
La vue brouillée par la douleur, elle aperçut une lumière bleue familière. Un sas. Elle n’avait plus d’autre endroit où aller. Elle ouvrit la porte, la franchit et la referma derrière elle. Elle se tourna vers la porte extérieure, celle qui donnait sur le vide, puis se hâta d’actionner les quatre manettes de déverrouillage. Au-dessus de sa tête, une tonalité d’avertissement retentit, discrète et rythmique. La porte extérieure restait désormais fermée grâce à la pression de l’air dans le sas et il faudrait la verrouiller à nouveau pour débloquer la porte intérieure. Elle entendit du bruit dans le couloir, mais elle se savait en sécurité. Tenter de forcer la porte extérieure déclencherait assez d’alarmes pour attirer la police et le service de l’air.
Ce n’est qu’en sentant ses tympans éclater qu’elle s’aperçut de son erreur. Elle voulut hurler, mais son hurlement s’éteignit très vite quand le dernier souffle d’air se rua hors de ses poumons. Elle continua un certain temps à marteler sans bruit les parois métalliques, jusqu’à ce que le sang lui coule du nez et de la bouche. Le sang faisait des bulles. Au moment où ses yeux commençaient à geler, la porte extérieure pivota vers le haut, lui dévoilant le paysage lunaire…

John Varley
« L’Homme à la Cloche »

Sommaire

  • LES NOUVELLES DU NUMERO :
  • Vous les zombies… de Robert HEINLEIN
  • L’Homme à la Cloche de John VARLEY (prix des lecteurs Asimov’s 2004)
  • Le Représentant en éléphants de Robert HEINLEIN
  • LES RUBRIQUES ET LA PARTIE MAGAZINE :
  • Ballades sur l’Arc
  • – Objectif Runes : les bouquins, critiques & dossiers
  • – Le coin des revues, par Thomas Day
  • – A la chandelle de maître Doc’Stolze : Place aux dames ! par Pierre Stolze
  • Les Univers de Robert Heinlein
  • – Petite géo-biographie de Robert Heinlein, par Ugo Bellagamba
  • – Le secret de l’écriture de fiction spéculative, par Robert Heinlein
  • – A propos du Shakespeare de la science-fiction : un entretien avec John Varley, par Eric Picholle
  • – L’homme qui me vendit la Lune : Robert Heinlein et les juveniles, par Jeanne A-Debats
  • – Robert Heinlein raconte : l’histoire du futur, par Jean-Louis Peyre
  • – Les romans tardifs de Robert Heinlein : ou le monde comme mythe, par Eric Picholle
  • – Voyages aux frontières de l’espace : guide de lecture heinleinien
  • – Bibliographie des œuvres de Robert Anson Heinlein, par Alain Sprauel
  • Infodéfonce et vracanews
  • – Paroles de Nornes : pour quelques news de plus, par Org
  • – Razzies 2010 : le prix du pire, par Org, Phil, Professeur X & Cid Vicious

Bifrost n° 56

Publié: 11 mars 2010 dans La Revue Bifrost, Science Fiction

Spécial Jean-Marc LIGNY

de Olivier GIRARD, Jean-Marc LIGNY, Ted CHIANG, Don LORENJY

Saint-Pierre-les-Lys,
3 juillet 2080, 5 heures du matin.
C’est une vallée désertique, terre craquelée, arbres morts, pelade d’herbes jaunes moribondes. Sur les flancs ravinés des collines, des souches calcinées, de la caillasse, des broussailles épineuses et revêches, de la poussière qui volute au moindre souffle de vent. Les empreintes d’anciens champs, des vestiges de clôtures. Au creux de la vallée, quelques fermes en ruines gisent le long de routes défoncées, dont l’asphalte est réduit à l’état de plaques noirâtres. Sur les rives pierreuses d’une rivière asséchée s’étend un village, dont le centre est enclos d’une grossière palissade de tôles. Hors de l’enceinte, les maisons sont abandonnées, écroulées ou incendiées. Une zone artisanale en friche arbore les carcasses dénudées de bâtiments industriels, entourés de traces de parkings envahis de moisine, où achèvent de pourrir deux ou trois épaves de voitures sableuses et mangées de rouille. Au milieu du village, un pont effondré, rafistolé de bric et de broc, enjambe la rivière. Quelques panneaux solaires décatis s’étalent sur les toits des maisons. Quatre éoliennes de guingois tournent en grinçant. Surgissant au-dessus des collines pelées, le soleil se lève sur cette désolation, énorme, boursouflé. La journée s’annonce torride, comme d’habitude…

Jean-Marc Ligny
« Le Porteur d’eau »

Sommaire

  • INTERSTYLES
  • Le Porteur d’eau de Jean-Marc LIGNY
  • Viande qui pense de Don LORENJY
  • Exhalaison (prix Hugo 2009) de Ted CHIANG
  • CARNETS DE BORD
  • Objectif Runes
  • Retour sur l’horizon : du sense of wonder à la S-F métaphysique ? par Sylvie Denis & Roland C. Wagner
  • Le coin des revues, par Thomas Day
  • A la chandelle de maître Doc’Stolze : Du gros, du bancal et du réjouissant, par Pierre Stolze
  • Au travers du prisme : Jean-Marc Ligny : De Passion et de conviction
  • 1. Semeur de miracle : un (long !) entretien avec Jean-Marc Ligny, par Richard Comballot 2. Bibliographie de Jean-Marc Ligny, par Jean-Marc Ligny & Richard Comballot
  • Les Anticipateurs : Chapitre douzième : André Laurie
  • Où les fourmis sont privées d’humanité, par Frédéric Jaccaud
  • Scientifiction : Que le champ de force soit avec vous ! par Roland Lehoucq
  • Paroles de Nornes : pour quelques news de plus, par Org.

Bifrost n° 55

Publié: 11 mars 2010 dans La Revue Bifrost, Science Fiction

Spécial Roger Zelazny

de Olivier GIRARD, Roger ZELAZNY, Lucas MORENO,Thomas DAY, Pierre STOLZE, Richard COMBALLOT,Emmanuel BEAUJOT, Frédéric JACCAUD, Roland LEHOUCQ, ORG

Elle gît, couverte de givre, dans une grotte de glace. Sa pose est si inconfortable qu’elle pourrait lui avoir été soufflée par Rodin en personne : en partie appuyée sur son côté gauche, les épaules plaquées à la paroi, elle lève le coude droit au-dessus de la tête, la main pendue devant son visage. Sa jambe gauche est complètement enterrée.
[…]
Sous sa couche de glace, ce qui apparaît de ses traits n’est pas déplaisant, mais pas frappant de beauté non plus. Elle semble avoir une vingtaine d’années. De multiples fissures courent sur les murs et le sol. Au plafond, les stalactites chatoient tels des bijoux dans la lumière que les parois reflètent en un cycle infini. Le terrain présente une pente graduée, aussi la statue, en son point culminant, confère à tout l’endroit un vague air de tombeau. Quand parfois les nuages se fendent à la tombée du soir,
le couchant baigne sa silhouette d’un éclat rougeoyant.
[…]
Le tableau d’ensemble pourrait laisser croire qu’il s’agit là d’une pauvre infortunée prise au piège et morte de froid, plutôt que la statue de la déesse vivante qui se tient à l’endroit où tout a commencé.

Roger Zelazny
« Permafrost »

Sommaire

  • NOUVELLES INEDITES :
  • Permafrost par Roger ZELAZNY (prix Hugo 1987)
  • Demain les eidolies par Lucas MORENO
  • RUBRIQUES ET MAGAZINE :
  • Objectif Runes : les bouquins, critiques & dossiers
  • Le coin des revues, par Thomas Day
  • A la chandelle de maître Doc’Stolze : Question de Style, par Pierre Stolze
  • Du côté des beaux livres, par Richard Comballot
  • Les Univers de Roger Zelazny
  • Fantasy et Science-Fiction : point de vue d’un écrivain, par Roger Zelazny
  • Ambre et lumière : anatomie d’un cycle phare, par Emmanuel Beaujot
  • Voyage au pays de Mytheland : guide de lecture zelaznien
  • Construire un roman de Science-Fiction, par Roger Zelazny
  • Les Anticipateurs : Où la chirurgie démembre pour mieux incarner, par Fred Jaccaud
  • Scientifiction : Beam us up, Scotty ! par Roland Lehoucq
  • Paroles de Nornes : Landernau, par Org

Bifrost n° 54

Publié: 11 mars 2010 dans La Revue Bifrost, Science Fiction

Spécial Richard Canal

de Olivier GIRARD, Peter WATTS, Richard CANAL,Thomas DAY, Richard COMBALLOT, Frédéric JACCAUD,Roland LEHOUCQ, ORG

De toutes les assistantes de l’Institut, Y Lan était la seule à accepter de tenir la main des patients pendant le transfert. C’était toujours de vieilles gens au bout du rouleau et leurs vieilles mains sentaient la mort. La peau était tendue sur les cartilages, on aurait dit des pattes de perroquet, sèches et rugueuses.

Au début de son stage, Y Lan partageait l’aversion de ses collègues et il lui avait fallu du temps pour comprendre la beauté secrète de ces mains. Du temps et quelques souvenirs, à l’époque où les crues jetaient des branches à la porte de sa chambre, quand la maison de la famille Nguyen se trouvait au-dessus du niveau des eaux, quand Hanoï avait encore la force de résister au Fleuve Rouge…

Richard Canal
Anastasia

« Il n’était donc que justice de voir Bifrost, la revue des mondes imaginaires, offrir un forum à [Richard Canal], auteur très (trop ?) discret dans un entretien fleuve dont seul ce magazine a le secret. (…) On pourra enfin y lire « Une niche », magnifique nouvelle de Peter Watts, auteur de l’éblouissant Vision aveugle ! »
Fluctuat

Sommaire

  • Éditorial de Olivier GIRARD
  • Une niche de Peter WATTS
  • Anastasia de Richard CANAL
  • Objectif Runes
  • Le Coin des revues de Thomas DAY
  • Les Années de poussière : un entretien avec Richard Canal de Richard COMBALLOT
  • Bibliographie de Richard Canal
  • Les Anticipateurs : Où Mars attaque de Frédéric JACCAUD
  • Voyage au cœur de la matière de Roland LEHOUCQ
  • Paroles de nornes de ORG

Bifrost n° 53

Publié: 11 mars 2010 dans La Revue Bifrost, Science Fiction

Spécial China Miéville

de Olivier GIRARD, China MIÉVILLE, Nathalie MÈGE,Olivier JUBO, Jérôme NOIREZ, CHABEUH, Christopher PRIEST, Michelle CHARRIER, Xavier MAUMÉJEAN,Thomas DAY, Pierre STOLZE, Éric HOLSTEIN, Alain SPRAUEL, Frédéric JACCAUD, Jacques SPITZ, Roland LEHOUCQ, ORG, CID VICIOUS, Patrick IMBERT

Le 27 novembre 2000, un pli m’est parvenu. Rien que de très habituel chez moi : depuis que j’ai entamé une carrière d’écrivain à plein temps, je reçois beaucoup plus de courrier. Une bande arrachée sur le rabat de l’enveloppe permettait d’en vérifier le contenu. Ce qui n’a rien d’inhabituel non plus. A cause, sans doute, de mes activités politiques — membre à géométrie variable d’un groupe d’extrême-gauche, je me suis présenté aux élections au nom de la Socialist Alliance — , il est fréquent que l’on espionne ma correspondance, ce qui ne lasse d’ailleurs pas de m’indigner. Si je précise ce détail, c’est pour expliquer pourquoi j’ai ouvert une lettre qui ne m’était pas destinée. Je m’appelle China Miéville et j’habite sur …ley Road. Le paquet était adressé à un certain Charles Melville, au même numéro, mais sur …ford Road. Aucun code postal n’étant mentionné, le colis a fini par échouer à mon domicile. Devant ce gros emballage à demi déchiré par quelque barbouze, j’ai tout bêtement supposé qu’il m’était adressé et je l’ai ouvert…

China Miéville
Compte-rendu de certains événements survenus à Londres (prix Locus 2003)

Sommaire

  • Éditorial de Olivier GIRARD
  • Compte-rendu de certains événements survenus à Londres de China MIÉVILLE
  • In Vino de Jérôme NOIREZ
  • Vestige de Christopher PRIEST
  • Objectif Runes
  • Regards sur l’homme invisible : Survol rapido presto de Xavier MAUMÉJEAN
  • Le Coin des revues (et autres fanzines) de Thomas DAY
  • À la chandelle de Maître Doc Stolze de Pierre STOLZE
  • China Miéville : seigneur des monstres de Thomas DAY et Éric HOLSTEIN
  • China Miéville : guide de lecture
  • Bibliographie des œuvres de China (Tom) Miéville (1972-) de Alain SPRAUEL
  • Les Anticipateurs : Chapitre neuvième : Où l’on se replonge dans le singulier de Frédéric JACCAUD
  • Jouons-nous de la masse de Roland LEHOUCQ
  • Paroles de nornes
  • Razzies 2009 : le prix du pire

Bifrost n° 52

Publié: 11 mars 2010 dans La Revue Bifrost, Science Fiction

Spécial Joël Houssin et Christian Vilà

de Olivier GIRARD, Jeff NOON, Marie SURGERS, Olivier JUBO, Sylvie DENIS, Michel PAGEL, CHABEUH, Bruce Holland ROGERS, Lionel DAVOUST, Christian VILA,Thomas DAY, Pierre STOLZE, Richard COMBALLOT, Joël HOUSSIN, Frédéric JACCAUD, Jacques SPITZ, Roland LEHOUCQ, ORG

Panorama de l’enclave autonome : entre les îlots bâtis, des marchés à perte de vue où grouillent des foules cosmopolites. Filles en tenue d’Eve (ou peu s’en faut) et travestis en short moulant arpentent les trottoirs des rues chaudes encombrées de clients en rangs serrés. Dans des quartiers plus excentrés, mais non moins fréquentés, des créatures venues de l’ensemble du Système exhibent leurs charmes exotiques. Palmiers, collines et désert d’ocre composent l’écrin de la ville, qu’un fleuve aux eaux huileuses sillonne paresseusement. Côté levant, on discerne, noyées dans une brume de chaleur, les installations de l’astroport où transitent chaque jour des centaines de navettes orbitales. En retrait de la zone passagers, cinquante hectares de tarmac destinés au fret : l’astroport d’Interzone constitue la plus grande plate-forme terrestre d’import-export à destination du système solaire, notamment pour le commerce des drogues.

Christian Vilà
Interzone

Sommaire

  • Éditorial de Olivier GIRARD
  • Xtrovurt de Jeff NOON
  • Les Clefs du paradis de Sylvie DENIS
  • Le Monde des à ou la destruction organisée d’une utopie par le professeur A.E. Vandevogtte de Michel PAGEL
  • Don Ysidro de Bruce Holland ROGERS
  • Interzone de Christian VILA
  • Objectif Runes
  • Le Coin des revues (et fanzines) de Thomas DAY
  • À la chandelle de Maître Doc Stolze de Pierre STOLZE
  • Dobermann’s rictus : un entretien avec Joël Houssin de Richard COMBALLOT
  • Bibliographie des œuvres de Joël Houssin
  • Entretien avec Christian Vilà, un auteur hallucinant ! de Richard COMBALLOT
  • Bibliographie des œuvres de Christian Vilà
  • Les Anticipateurs : Chapitre huitième : Où l’on élimine sans remord de Frédéric JACCAUD
  • Ruée vers les astéroïdes de Roland LEHOUCQ
  • Paroles de nornes